vendredi 29 juin 2018 | 11:08

Le Conseil fédéral lance la consultation sur la stabilisation de l’AVS (AVS 21)

Le Conseil fédéral entend garantir les rentes AVS, les maintenir à leur niveau actuel et stabiliser la situation financière de l’AVS.

Mesures envisagées pour stabiliser l’AVS. Photo by <a href="https://www.flickr.com/photos/fs1communitytv/32679183215/">FS1 - Community TV Salzburg</a> on <a href="https://foter.com/">Foter.com</a> / <a href="http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/">CC BY</a>
Mesures envisagées pour stabiliser l’AVS. Photo by FS1 - Community TV Salzburg on Foter.com / CC BY

Il souhaite, par la même occasion, flexibiliser l'âge de la retraite et créer des incitations pour prolonger la durée de l'activité professionnelle. Le Conseil fédéral a pris ces décisions lors de sa séance du 27 juin 2018 et ouvert la consultation sur l'avant-projet de stabilisation de l'AVS (AVS 21). La procédure prendra fin le 17 octobre 2018.

 

La situation financière de l'AVS est préoccupante. Depuis 2014, les recettes de l'assurance ne suffisent plus à couvrir les dépenses et la situation se dégrade progressivement. Le déficit cumulé du résultat de répartition de 2021 à 2030, hors produit des placements, se chiffrera à environ 43 milliards de francs. Afin que le niveau du Fonds de compensation de l'AVS ne tombe pas sous le montant des dépenses d'une année, comme l'exige la loi, l'AVS aura besoin, jusqu'en 2030, de ressources financières pour un montant de 53 milliards de francs. Ces dernières sont notamment nécessaires parce que la génération des baby-boomers atteindra peu à peu l'âge de la retraite. Si actuellement près de 2,6 millions de personnes perçoivent une rente de vieillesse de l'AVS, elles seront  3,6 millions en 2030.

 

Pour que l'AVS puisse continuer de verser ses prestations, il est impératif de prendre rapidement des mesures efficaces de stabilisation financière. Sans intervention, le Fonds de compensation de l'AVS devrait se départir, chaque mois, de placements d'un montant de 100 millions de francs pour disposer des liquidités nécessaires au versement des rentes.

 

Mesures envisagées pour stabiliser AVS

Sur la base des grandes lignes adoptées le 2 mars dernier, le Conseil fédéral propose plusieurs mesures pour stabiliser les finances de l'AVS et garantir les rentes.

 

  • Un âge de référence de 65 ans pour les femmes comme pour les hommes sera introduit dans l'AVS. À partir de l'année suivant celle de l'entrée en vigueur de la réforme, l'âge de la retraite des femmes sera progressivement relevé de trois mois chaque année. 
  • L'analyse des résultats de la votation du 24 septembre 2017 montre que, pour être acceptée, l'augmentation de l'âge de référence des femmes doit s'accompagner de mesures de compensation. Jusqu'en 2030, le relèvement de l'âge de référence sera donc compensé par des mesures pour les femmes, en particulier pour celles avec un revenu bas ou moyen. Le Conseil fédéral met en consultation deux variantes de modèles de compensation qui concernent les femmes proches de la retraite, soit celles nées entre 1958 et 1966.

 

Variante 1 : modèle à 400 millions

  • En cas de retraite anticipée, les femmes se verront appliquer un taux de réduction plus favorable, c'est-à-dire que leur rente AVS sera réduite dans une moindre mesure. Celles dont le revenu annuel est inférieur ou égal à 56 400 francs pourront, par exemple, percevoir leur rente AVS sans aucune réduction dès l'âge de 64 ans.

 

On estime qu'environ 25 % des femmes qui sont nées entre 1958 et 1966 feront usage de cette compensation.



Variante 2 : modèle à 800 millions

  • Au dispositif prévu dans la première variante s'ajoute une mesure qui augmente les rentes des femmes qui travaillent jusqu'à 65 ans ou plus. Leurs rentes AVS seront calculées avec une nouvelle formule, qui améliore le montant des rentes se situant entre la rente minimale et maximale. L'augmentation maximale sera de 214 francs par mois, pour un revenu annuel de 42 300 francs ; l'augmentation moyenne sera de 70 francs par mois.

 

On estime qu'environ 25 % des femmes nées entre 1958 et 1966 feront usage des taux favorables tandis qu'environ 54 % bénéficieront de la formule de rente plus avantageuse.

 

  • Les hommes et les femmes pourront choisir avec plus de flexibilité le moment du départ effectif à la retraite : entre 62 et 70 ans, il sera possible de percevoir la totalité ou une partie de la rente AVS, mais au minimum 20 % et au maximum 80 % de la rente. 
  • L'âge de référence harmonisé à 65 ans et la possibilité de départ à la retraite entre 62 et 70 ans seront aussi inscrits dans la prévoyance professionnelle obligatoire. 
  • La poursuite d'une activité professionnelle après l'âge de référence sera encouragée. Les petits revenus continueront à être exemptés de cotisation, grâce à la franchise mensuelle de 1400 francs. En outre, les cotisations versées après l'âge de référence permettront d'augmenter le montant de la rente AVS et de combler des lacunes de cotisations. La nouvelle formule de calcul des rentes pour les femmes, prévue à titre de compensation, pourra aussi être une incitation à travailler plus longtemps.
  • Pour que le niveau du Fonds AVS ne tombe pas sous les 100 % des dépenses annuelles jusqu'en 2030, un financement additionnel s'impose. Sans réforme, les ressources financières nécessaires pour garantir le niveau du fonds s'élèveront à 53 milliards de francs. Grâce au relèvement de l'âge de référence, les femmes fourniront une contribution substantielle d'un montant de 10 milliards de francs, dont 3,8 milliards sont consacrés au financement des mesures de compensation, selon la variante 2. Le Conseil fédéral entend couvrir le besoin en financement restant au moyen d'un financement additionnel.
    Il prévoit de relever la TVA de 1,5 point de pourcentage. Le taux normal devrait passer de 7,7 à 9,2 %, le taux réduit pour les biens de consommation courante de 2,5 à 3,0 % et le taux spécial du secteur de l'hébergement de 3,7 à 4,4 %.

 

Calendrier de la réforme AVS 21

L'AVS est la plus importante institution de sécurité sociale de Suisse. Elle met toute la population à l'abri de la détresse financière pendant la vieillesse. C'est pourquoi il importe de maintenir le niveau des rentes actuelles et de garantir le financement des rentes futures. Le projet de stabilisation AVS 21 permet d'atteindre cet objectif.

 

Compte tenu de l'urgence du projet, le Conseil fédéral souhaite soumettre au Parlement le message sur la stabilisation de l'AVS d'ici au printemps 2019.

 

Considérant qu'il est nécessaire de retrouver une dynamique de réformes régulières de l'AVS afin de faire face aux constants défis de l'assurance, notamment en termes structurels, une nouvelle réforme déployant ses effets au-delà de 2030, à savoir l'horizon d'AVS 21, devra être mise en route au milieu de la prochaine décennie.

 

Influence de la décision concernant le Projet fiscal 17

Le 7 juin 2018, le Conseil des États a été la première chambre à se prononcer en faveur du Projet fiscal 17 (PF 17), qui prévoit une compensation dans l'AVS des pertes de recettes fiscales. Ainsi, l'AVS disposerait de près de 2,1 milliards de francs supplémentaires par an pour son financement. Ce supplément ferait passer le besoin en ressources supplémentaires à 23 milliards de francs environ. La hausse de la TVA serait moins forte, de 0,7 point au lieu de 1,5 point, grâce aux recettes supplémentaires en faveur de l'AVS prévues dans le PF 17. Ces recettes proviendraient d'une hausse des cotisations salariales et de la contribution de la Confédération, ainsi que de l'attribution à l'AVS de l'intégralité du pour-cent démographique de la TVA. Dans tous les cas, une réforme de l'AVS restera urgente et nécessaire. 


Département fédéral de l'intérieur



Persorama ePaper

Grâce aux Archives ePaper Persorama, vous pouvez afficher sur votre écran les éditions numériques Persorama, les feuilleter, effectuer des recherches et les sauvegarder.

Infoletter

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTER