mardi 17 avril 2018 | 09:27

Le service public de l’emploi gagne en efficacité

L’efficacité du service public de l’emploi a continué de s’améliorer pendant la période de 2003 à 2016.

La réduction du nombre de chômeurs de longue durée et de la période de perception d’indemnités journalières constitue l’amélioration la plus significative. Photo by Tirachard Kumtanom from Pexels
La réduction du nombre de chômeurs de longue durée et de la période de perception d’indemnités journalières constitue l’amélioration la plus significative. Photo by Tirachard Kumtanom from Pexels

La durée moyenne de perception d'indemnités journalières et le risque d'être au chômage pendant une longue durée ont baissé respectivement de 4,5 % et de 11 %. En revanche, le risque d'arriver en fin de droits reste identique. C'est ce que conclut une étude réalisée à la demande de la commission de surveillance du fonds de compensation de l'assurance-chômage.

 

Bien que l'environnement économique soit actuellement exigeant et connaisse des changements structurels importants, l'étude du bureau de conseil B,S,S. montre que pendant la période de 2003 à 2016 l'efficacité du service public de l'emploi s'est nettement améliorée dans divers domaines.

 

La réduction du nombre de chômeurs de longue durée et de la période de perception d'indemnités journalières constitue l'amélioration la plus significative. En effet, la durée de perception des indemnités journalières a été réduite en moyenne de 4,5 %, soit d'environ huit jours. Par rapport aux dépenses totales d'environ 5,5 milliards de francs engagées pour les indemnités journalières, cette amélioration constitue une économie d'environ 250 millions de francs en 2017. Par ailleurs, le taux de chômage de longue durée a diminué de 3,3 points de pourcentage, ce qui correspond à un recul d'environ 11 %. D'après les estimations effectuées dans le cadre de l'étude, aucune amélioration n'est toutefois à relever ni pour les arrivées en fin de droits, ni pour les réinscriptions. Au final, ces résultats mettent en évidence une amélioration de l'efficacité notamment chez les demandeurs d'emploi bénéficiant de durées moyennes d'indemnisation, ainsi qu'une réinsertion plus rapide.

 

L'amélioration de l'efficacité s'observe aussi dans la réduction de la durée totale du chômage, si l'on tient compte du parcours professionnel après la désinscription de l'office régional de placement (ORP). En outre, l'étude montre qu'en 2016, l'emploi après chômage était plus stable et les pertes de revenu lors d'une réinsertion étaient moins importantes qu'en 2003.

 

Le service public de l'emploi vise une réinsertion aussi rapide et durable que possible des demandeurs d'emploi dans le marché du travail. L'atteinte de cet objectif est contrôlée périodiquement. Afin de rendre possible une mesure pertinente des résultats obtenus, le plus grand nombre possible de facteurs d'influence externes ont été pris en compte, par exemple envisager d'adapter les prestations dans le cadre de la quatrième révision partielle de la loi sur l'assurance-chômage (LACI). L'étude constitue une bonne base pour d'autres analyses.


Secrétariat d'Etat à l'économie



Persorama ePaper

Grâce aux Archives ePaper Persorama, vous pouvez afficher sur votre écran les éditions numériques Persorama, les feuilleter, effectuer des recherches et les sauvegarder.

Infoletter

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTER