mardi 13 mars 2018 | 06:36

Les transferts permanents en hausse dans le nouveau monde de la mobilité internationale de 2018

Les transferts permanents devraient changer le monde de la mobilité internationale en 2018 car ils sont de plus en plus considérés comme une alternative à l'affectation internationale traditionnelle à long terme (ALT), comme le révèle une étude récente.

L'étude a fourni un aperçu fascinant sur le changement de la mobilité internationale, avec près de la moitié des entreprises affirmant qu'elles avaient désormais plus souvent recours aux transferts permanents qu'aux ALT traditionnelles.
L'étude a fourni un aperçu fascinant sur le changement de la mobilité internationale, avec près de la moitié des entreprises affirmant qu'elles avaient désormais plus souvent recours aux transferts permanents qu'aux ALT traditionnelles.

L'enquête (plus de 100 participants), menée par Crown World Mobility, ciblait des entreprises à travers un large éventail d'industries, notamment l'aérospatial, la vente au détail, l'industrie pharmaceutique, le pétrole et le gaz, les services professionnels, la fabrication, la finance, les télécommunications et l'automobile.

 

L'étude a fourni un aperçu fascinant sur le changement de la mobilité internationale, avec près de la moitié des entreprises affirmant qu'elles avaient désormais plus souvent recours aux transferts permanents qu'aux ALT traditionnelles. De plus, un tiers des entreprises s'attendent à voir le nombre de transferts permanents augmenter cette année.

 

Lisa Johnson, cheffe de pratiques internationales des services de consulting chez Crown World Mobility, pense que ces statistiques mettent en évidence une tendance sous-jacente qui pourrait devenir de plus en plus importante pour les entreprises, et les employés, en 2018. Lisa Johnson a déclaré : « Cela a commencé il y a quelques années sous forme de léger changement dans certaines régions telles que l'Asie, l'UE et à travers l'Amérique latine. Nous avons remarqué que les entreprises toléraient progressivement de moins en moins le modèle traditionnel d'affectation à long terme (ALT).

 

« La raison principale était que les entreprises avaient besoin de réduire les coûts liés à la mobilité. Car une ALT traditionnelle peut coûter entre trois et huit fois le salaire annuel de l'employé. Cependant, le changement général de la signification de l'internationalité pour les entreprises, et le désir d'aligner la mobilité internationale avec cette nouvelle façon de penser, ont modifié le programme. Les employés du millénaire en début de carrière sont de plus en plus à la recherche d'opportunités internationales et, dans la guerre de talents, si les entreprises souhaitent les conserver, des options de mobilité à bas coût doivent être disponibles. Les transferts permanents répondent à ces attentes. »

 

Il semble que les professionnels de la mobilité internationale d'aujourd'hui, équipés de nouvelles plateformes technologiques, ont rendu les stratégies de mobilité internationale plus intelligentes et recherchent des programmes alternatifs qui soutiennent une « nouvelle normalité ».

 

Par conséquent, moins d'entreprises tolèrent l'approche « expat pour la vie » qui entraîne beaucoup de dépenses pour maintenir un employé sur un mode de vie expatrié, croyant que personne d'autre ne peut remplir ce rôle.

 

« Nous voyons de plus en plus d'entreprises mettre en place une gouvernance forte pour faire en sorte que la durée maximale de trois ans pour les ALT, avec l'option de prolongation de deux ans, soit la norme du programme. »

 

Lisa Johnson a répondu à certaines des questions clés autour des transferts permanents et concernant les raisons pour lesquelles ils seront plus que jamais utilisés cette année :

 

Que sont exactement les transferts permanents ?

Ce sont des déménagements internationaux à sens unique où l'assigné et sa famille vivent dans le nouvel endroit en tant que locaux.

 

Pourquoi sont-ils moins chers que les ALT traditionnelles ?

Ils s'accompagnent de coûts associés inférieurs et d'avantages. Par exemple, l'hypothèse est que l'employé veut vendre sa maison (ou mettre fin à son bail), vendre sa voiture, expédier ses biens et se préparer à une nouvelle vie à l'étranger avant d'effectuer le transfert.

 

Qui mène le changement ?

Cela semble aller dans les deux sens - venant à la fois des entreprises et des employés. Notre enquête a montré que 91 % des entreprises avaient en place des systèmes de transfert initiés par l'entreprise, mais que 52 % avaient également des programmes initiés par les employés. Cela soutient la notion que les employés souhaitent davantage de flexibilité pour se déplacer dans une organisation, et que les entreprises souhaitent soutenir cette idée. Une des entreprises de notre enquête a même révélé avoir mis en place une « affectation style de vie » pour les déménagements initiés par les employés, où seuls des avantages limités sont proposés.

 

Quelles autres tendances constatez-vous ?

Dans un tournant intéressant, un petit nombre d'entreprises novices en matière de mobilité internationale choisissent de proposer UNIQUEMENT des transferts permanents, en établissant le précédent qu'elles n'ont pas besoin des dépenses ou de la complexité des affectations internationales temporaires.

 

De quelle preuve disposez-vous pour affirmer que les transferts permanents gagnent en popularité ?

L'un des principaux résultats de notre enquête est que 45 % des entreprises déclarent utiliser plus souvent les transferts permanents initiés par l'entreprise que les ALT, et 32 % prévoient une augmentation des transferts permanents l'année prochaine. Les raisons les plus souvent invoquées étaient la réduction des coûts, la croissance de la demande et la croissance de l'activité internationale.

 

Les déménagements permanents sont-ils toujours la bonne réponse et fonctionnent-ils ?

Comme toujours, cela dépend si l'on place le bon employé au bon poste, et si on lui apporte le soutien adéquat. Plus d'un quart des organisations ont admis avoir eu recours aux transferts permanents initiés par l'entreprise, ayant nécessité le rapatriement d'employés. Transférer des employés d'endroits où le coût et/ou la qualité de vie sont élevés vers un endroit où ils ne le sont moins peut être la situation la plus difficile. Les entreprises ont également mentionné les difficultés liées à l'immigration, l'adaptation de la famille, le salaire et les attentes des employés comme défis communs.

 

Quelles sont les alternatives ?

À l'origine, les déménagements permanents étaient destinés à être utilisés entre des pays similaires au mode de vie, au coût de la vie, au salaire et à la qualité de vie comparables, de manière à ce qu'un soutien continu de l'entreprise ne soit pas nécessaire. Lorsque ce n'est pas le cas, des politiques « Local Plus » comprenant des avantages qui répondent aux besoins de l'employé et comprennent les réalités du nouvel endroit apparaissent. Nous avons également remarqué une augmentation des politiques de « localisation » qui facilitent la transition des employés passant d'assigné temporaire à employé local permanent. Le fait est que la mobilité internationale évolue et que, avec une réticence croissante à financer les ALT traditionnelles, de nouvelles alternatives apparaissent. Attendez-vous à ce que le rythme de 2018 se poursuive.


Crown World Mobility



Persorama ePaper

Grâce aux Archives ePaper Persorama, vous pouvez afficher sur votre écran les éditions numériques Persorama, les feuilleter, effectuer des recherches et les sauvegarder.

Infoletter

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTER