vendredi 14 septembre 2018 | 11:09

Principaux conseils pour les entreprises et les responsables de la mobilité internationale pour se préparer au Brexit

Depuis que les Britanniques ont voté lors d'un référendum pour quitter l'Union européenne, l'accent a été principalement mis sur les conséquences pour la Grande-Bretagne, son économie et son avenir politique.

Que font alors les entreprises pour se préparer ?
Que font alors les entreprises pour se préparer ?

Mais qu'en est-il des conséquences pour l'UE en général ? Et comment les entreprises internationales devraient-elles s'y préparer ?

 

Une enquête menée par Crown World Mobility a cherché à répondre à ces questions en interrogeant 2 505 professionnels des affaires en Allemagne, en Irlande et aux Pays-Bas et 1 013 au Royaume-Uni qui travaillent dans des entreprises proposant des affectations internationales, ceux pour lesquels la vie professionnelle serait la plus impactée par le Brexit.

 

Les réponses de ces voix jusqu'à présent inaudibles sont importantes car elles pourraient aider les entreprises internationales et les responsables de la mobilité internationale à élaborer une stratégie pour faire face aux changements à venir.

 

Voici quelques statistiques clés :

  • Plus de la moitié des personnes interrogées dans chaque pays (56 % au Royaume-Uni, 57 % en Allemagne, 51 % aux Pays-Bas et 55 % en Irlande) estimaient que le Brexit était une mauvaise chose pour l'UE.
  • Presque autant ont estimé qu'il s'agissait d'une mauvaise chose pour le commerce international : 54 % au Royaume-Uni, 57 % en Allemagne, 48 % aux Pays-Bas et 65 % en Irlande.
  • Les travailleurs en Allemagne, aux Pays-Bas et en Irlande craignent tous d'avoir plus de difficulté à travailler au Royaume-Uni à l'avenir : 42 % en moyenne le pensent.

 

Que font alors les entreprises pour se préparer ?

La plupart des réponses consistaient à modifier le budget pour faire face aux coûts supplémentaires et à former le personnel local pour éviter le recours à des employés du Royaume-Uni, ce qui est révélateur. Les programmes de mobilité internationale évoluent déjà, influencés par les changements culturels, politiques et technologiques ainsi que par une image de la sécurité en constante évolution. Il se peut qu'ils doivent aujourd'hui évoluer à nouveau, à mesure que la relation entre le Royaume-Uni et le monde change.

 

La Grande-Bretagne a toujours été l'une des destinations les plus populaires pour les affectations internationales et a également une culture importante d'exportation de ses propres talents pour travailler à l'étranger. Mais les craintes des Européens quant au coût et aux complications concernant la mobilité internationale ne peuvent être ignorées.

 

Qu'est-il alors conseillé aux entreprises en attendant l'impact du Brexit ? La réponse est compliquée car le résultat est tellement flou et les détails de la relation commerciale sont encore en discussion.

 

Cependant, certaines des actions que peuvent entreprendre les entreprises incluent :

  • Passer en revue tous les postes d'expatriés actuellement accueillis au Royaume-Uni et déterminer les plans d'urgence qui peuvent être mis en place.
  • Examiner les dates de fin des affectations au Royaume-Uni et travailler avec l'entreprise pour planifier à l'avance et remplacer ou transférer des rôles.
  • Prévoir la possibilité d'un nombre réduit d'expatriés se rendant au Royaume-Uni à l'avenir.
  • Savoir que cela pourrait se traduire par une augmentation des affectations à court terme et des voyageurs d'affaires.
  • Se préparer à se concentrer davantage sur l'immigration ; les équipes de mobilité internationale doivent améliorer leurs compétences dans ce domaine afin de pouvoir conseiller leurs entreprises en conséquence.

 

En fin de compte, l'impact du Brexit sur l'Europe dépendra du modèle final convenu, mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas faire de projets. Étant donné que le Royaume-Uni restera un marché et une destination clés pour la plupart des pays européens, les résultats de l'enquête montrent que ce sera le cas, il y aura toujours un désir de travailler avec le Royaume-Uni à l'avenir.

 

Un Brexit compliqué rendrait le maintien des relations en cours plus difficile, certes, mais les entreprises trouveront toujours une opportunité de commercer s'il en existe une. Cela ne signifie pas, bien sûr, que tout restera inchangé. La mobilité internationale réagit déjà aux nouvelles technologies, aux changements politiques, aux changements sociaux et même à la menace croissante du terrorisme dans le monde entier ; le Brexit devrait donc également la pousser dans de nouvelles directions.

 

Certains des changements que nous pourrions constater incluent :

  • Une fuite des cerveaux au Royaume-Uni : si la main-d'œuvre qualifiée du pays cherche un transfert permanent plutôt que des affectations temporaires.
  • Affectations à faible coût : plus il est difficile et coûteux de transférer les employés, plus les organisations remettent en question la valeur des transferts coûteux. Attendez-vous donc à ce qu'elles cherchent des moyens de réduire les coûts. Cela pourrait se traduire par des transferts à court terme, des transferts permanents ou des transferts dits « backpack » au cours desquels les assignés s'occupent eux-mêmes de la plupart de l'organisation.
  • L'augmentation de la planification des talents : les formalités administratives et l'augmentation des coûts pourraient inciter les entreprises à mettre davantage l'accent sur la planification des talents, en veillant à ce que les bonnes personnes partent en affectation au bon moment de leur carrière.
  • Formation : attendez-vous à une nouvelle orientation sur le développement des talents locaux, au Royaume-Uni et en Europe. Les statistiques de l'enquête Brexit de Crown World Mobility montrent que de nombreuses entreprises ont déjà entamé ce processus ou, au moins, l'ont inclus dans leur prochain budget.

 

Ces changements sont importants, mais peu sont uniquement motivés par le Brexit. Il y a eu des politiques protectionnistes en Amérique et en Australie au cours de l'année dernière et l'environnement de l'immigration a changé presque chaque semaine ; et la mobilité internationale a réagi et évolué à chaque fois.

 

La tendance dans l'industrie est encore à l'expérience et au développement internationaux, notamment parce que les jeunes générations ont le désir de voyager et de chercher de nouvelles expériences. Ainsi, après une période de réajustement, une nouvelle « activité normale » reverra bientôt le jour et la mobilité internationale se poursuivra sans aucun doute.


Crown World Mobility



Persorama ePaper

Grâce aux Archives ePaper Persorama, vous pouvez afficher sur votre écran les éditions numériques Persorama, les feuilleter, effectuer des recherches et les sauvegarder.

Infoletter

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTER